Actualités

Partager sur :

Liberté j'écris ton nom

07 avril 2022 Info culturelle
Vue 121 fois

Retour sur la Semaine de la langue française et de la Francophonie vue par Emmanuelle Failler, Secrétaire générale de l'Union-ALFM.

Organisée chaque année depuis 27 ans, la Semaine de la langue française et de la Francophonie est le rendez-vous des amoureux des mots en France comme à l’étranger. Cette année, la thématique choisie était « Ҫa (d)étonne ! », un mot d’ordre pour (re)découvrir la capacité des mots à créer de l’étonnement, à nous surprendre et nous amuser.

De nombreux évènements, concerts, joutes oratoires, concours de poésie… sont organisés au cours de cette semaine par les lycées français de l’étranger mais aussi par le réseau des alliances françaises.

Pour écrire cet article, j’ai commencé à me promener un peu sur les réseaux sociaux, les pages Facebook des établissements français, les sites internet des alliances françaises…et je me suis rendue compte du nombre incroyable d’initiatives locales qui sont organisées à travers le monde. Au Lycée Français de Manille par exemple, les élèves de primaire ont illustré avec beaucoup d’humour le chat coincé dans la gorge, les poules mouillées, l’argent jeté par les fenêtres, tout cela sans avoir la grosse tête et sans donner leur langue au chat. Pour la journée langue et littérature françaises, les latinistes de la 5ème, 2nd et 1ère, ont travaillé sur le projet "Adopte un mot" dont le but était de choisir un mot et "l'adopter" parmi une liste proposée par leur enseignante. Et bien je peux vous dire qu’ils ont été PROLIXES et raconté PLETHORE d’histoires toutes plus ROCAMBOLESQUES les unes que les autres, des histoires de GREDIN, voir de BRANQUIGNOL vivant dans un vrai CAPHARNAÜM. Mais je ne voudrais surtout pas DIVULGACHER la fin de cette belle semaine de la Francophonie.

 

A Madagascar était organisé le tournoi inter-alliances française « Slam ta francophonie ». Je reprends ici les mots du vainqueur de ce tournoi, le slameur Hichim qui représentait l’alliance française d’Antananarivo : « C’est un honneur d'avoir représenté la capitale "d'un pays où je ne suis même pas né, comme dirait Youssoupha" (elle est belle la diversité !) et d'en sortir vainqueur. Pour la semaine de la francophonie, on a donné dix mots, j'en donne dix moi aussi : Partage, plaisir, fraternité, moment-poèmes, mots, claques, sourires, carnaval, inoubliable, souvenir ».

Ces mots d’Hichim qui, à mon sens, représentent l’essence même de ce qu’est la francophonie ainsi que tous ces évènements organisés à travers le monde pour promouvoir la langue française m’ont projetée plus de 30 ans en arrière, à l’époque où j’étais moi-même élève au Lycée français de Tamatave. La semaine de la francophonie n’existait pas encore mais, en coopération avec l’Alliance Française et notre professeur de français, Monsieur Mugnier, on avait créé une petite représentation sur le thème de la Liberté. « Liberté » de Paul Eluard, « Ma Liberté » de Georges Moustaki. Ce n’était pas un énorme évènement, juste une dizaine d’amis, français, malgache, chinois, ayant répété ensemble poèmes et chansons sur ce thème qui n’a jamais été autant d’actualité qu’aujourd’hui. Mais du haut de nos 15 ans, l’enjeu était immense et je nous revois dessiner avec enthousiasme les différents panneaux avec le mot liberté dans toutes les langues. J’entends dans mes souvenirs la guitare de mes amis Jean-Loup et Hugues, et la flute de Willy, assis juste derrière moi. Je me souviens de mon ami qui chantait la « belle Geneviève » au lieu de « la belle geôlière ». On avait sans doute l’air un peu ridicule avec nos accoutrements qui ressemblaient plus à des pyjamas qu’à des costumes de scène. Mais quelle fierté de pouvoir monter sur l’estrade et partager ce moment tous ensemble !

 

Encore plus que de parler la même langue, la francophonie, n’est-ce pas tout cela ? 

 

Pour terminer, je voudrais reprendre les mots de Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture qui a lancé l’édition 2022 de cette semaine consacrée à la langue française : « La langue française est à la fois un bien que nous avons en commun et un lien invisible qui nous unit. Chacun peut s’y retrouver, quels que soient son histoire, son parcours ou ses origines. La langue française est aussi une « langue-monde », dans laquelle s’expriment des savoirs, des créations, des imaginaires venant de tous les continents. Partagée par 300 millions de locuteurs, elle ouvre un dialogue par-delà les frontières et véhicule, traditionnellement, des valeurs de liberté, de tolérance et de démocratie ».

Pour aller plus loin => lire l'article "Qu'est-ce que la Francophonie ?" 

Article rédigé par Emmanuelle Failler, ancienne élève du lycée français de Tamatave, secrétaire générale de l'Union-ALFM.




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.